Humeurs

De la difficulté d’être moi

Je voulais écrire un bilan temporaire depuis un moment, avec les plus et les moins de ce voyage, les difficultés que je nous rencontrons par moment, telles la gestion des tensions dues à la promiscuité, de l’éloignement, du trio infernal que nous formons…

Finalement, plutôt qu’un bilan, je vais écrire mes doutes et mes interrogations, mes états d’âme car ce soir je suis sortie de mes gonds (vraiment pourrie cette expression !)

 

La difficulté d’être moi, maman, maîtresse-prof, copine, animatrice, organisatrice… Et moi, et moi, et moi dans tout ça, moi qui voudrais écrire, lire, découvrir, parcourir… mais qui ne peut pas indéfiniment raccourcir les nuits.

Je tente de faire au mieux, de canaliser les énergies pour les redéployer, de gérer les frustrations, d’instruire, d’éduquer, d’éveiller, d’élever.

Parfois j’y parviens (enfin je crois) et parfois non. Aujourd’hui j’ai éprouvé un sentiment d’échec et d’impuissance totale. Suivi d’une grosse remise en question: et si tout ceci n’était qu’un leurre, une belle idée sur le papier, un beau projet impossible à réaliser ?

Déjà cinq mois de voyage. Aujourd’hui, ce fut une journée difficile et éprouvante qui s’est achevée par une petite dispute entre les enfants, une broutille mais que je n’ai pas supportée, je me suis mise en colère et j’ai eu envie de tout foutre en l’air. Pourquoi ? Suis-je si nulle ? Je me déteste d’être cette personne là qui s’énerve et perd le contrôle. J’ai alors le sentiment d’être une imposture alors que c’est ce qui me répugne le plus chez les gens, quand ils ne sont pas à la hauteur de ce qu’ils veulent faire croire qu’ils sont (euh, c’est clair comme phrase ?) Me serais-je fourvoyée sur mon propre compte, ayant eu la prétention de croire que je pourrais réussir tout toute seule ?

Humain trop humain, je ne suis qu’humaine, faillible et imparfaite (ne m’en déplaise !)

Ce soir, après la colère, les larmes puis quelques mots durs « puisque c’est comme ça, on va rentrer, vous allez retrouver vos jouets, vos copains, une bonne connexion internet et tout ira bien ! »

Mais il n’en sera rien. Après l’amertume, la discussion et la réflexion pour préparer un nouveau départ, encore un, en Australie et dans la vie, pour ce voyage à travers le monde et au plus profond de nous-mêmes.

Il est 2h30, les enfants dorment. Demain est un autre jour et bientôt nous serons sous de nouvelles latitudes pour rebondir à nouveau. Demain est un autre jour et j’aurai à coeur de me réinventer et ainsi tous les trois, nous pourrons écrire la suite.

 

11 commentaires sur “De la difficulté d’être moi

  1. Je te souhaite bien du courage Margje.Je vais peut être te rassurer (je l’espère), je suis chez moi, mes enfants dans leur chambre avec tout leur confort (ordi, tablette ou tel et internet bien sûr) mais on est confronté aux mêmes problèmes en fait que l’on soit chez nous ou comme vous en tour du monde. Ces relations mère-enfants si complexes parfois comme s’il fallait que ça dérape et que l’on est plus le contrôle. La vie est ainsi faite avec des hauts et des bas et comme vous vivez une expérience très intense c’est aussi normal.
    T’inquiète ça va aller, tu es une mère formidable même s’ils le réaliseront que bien plus tard.
    Je te souhaite une bonne nuit et comme dit l’expression : #la nuit porte conseil# et pour chacun de nous.
    Bises

  2. Bonsoir Margje, ces moments font partie de la vie, ici ou ailleurs… et dans votre périple c’est normal que certaines choses soient exacerbées par moment.
    Tu es qqn d’extraordinaire, tu n’as pas le droit d’en douter. Tout le monde rêverait d’avoir le courage de se mettre le pied au cul pour vivre ce que tu vis, toi tu vis ce rêve, pour toi et tes enfants et c’est sûr qu’ils ne te remercieront jamais assez pour cette expérience incroyable que tu leur fais vivre parce que c’est une chance immense et ils en ont forcément conscience. Ne doute pas de ça, continue à parcourir le monde !
    Enfin, c’est normal d’avoir des coups de colère et de doutes après, tu n’es pas wonderwoman non plus ! Je t’embrasse, Élodie

  3. Ma Margje, tu n’as rien a te reprocher, bien au contraire! La vie de mère est faite de beaucoup de frustrations et souvent d’incomprehensions, et ca nous met dans des etats qu’on ne soupçonnait pas, mais je sais aussi que c’est par cette colere mise a bout que revient le calme et la sagesse du but a atteindre, et dans la reconciliation que l’amour en ressort plus fort!!!!! Demain, ils auront réalisé l’importance et les joies du voyage et des découvertes de nouveaux lieux!!! L’Australie!!!!! Whouahhhh quoi!!!!
    Que la force soit avec toi!!! Profitez bien et je pense que tu auras tout le temps de mettre bout a bout chacune de tes etapes passees et nous ecrire un super livre sur le monde avec ton regard a toi!!!! Plein de bisous!!!😘😘😘

  4. C’est pour sur fatiguant pour vous 3 de faire, de défaire, De rencontrer, d’abandonner , De continuer. C’est évident que cette aventure ce n’est pas des vacances tous les jours et que la fatigue doit se faire sentir. C’est déjà parfois fatiguant de gérer une petite famille a domicile alors seule et en version nomade……alors courage !!!! Ça va le faire , C’est juste de la normalité dans votre aventure finalement . Fuerza !!!!! On t’envoie plein d’amour !

  5. Alors Margjie un coup de gueulues ( lire gueulouse contraction entre gueule et blues) . Vivre rapproché nous en apprend tellement et en parrallele nous en fait voir aussi de belles. Cela va peut etre vous permettre de mettre en place un nouvel état de vie. Bisous Margjie et à tes 2 magnifiques compagnons . Keep cool and keep going

  6. Ce que tu dis chacun de nous pourrait le dire. Il y a évidemment des jours avec et des jours sans, des jours de doutes, lourds et opaques et des jours de légèreté ou de sérénité. Je te trouve merveilleuse avec tes kids et tes questions. Pourquoi devoir absolument trouver une finalité à tout cela, pourquoi faire un bilan, se juger? Être plus humble peut être ? Pourquoi ne pas juste se contenter de ce parcours et des instants qui le compose avec leurs vulnérabilités, leurs insuffisances, mais aussi leurs joies et leurs enchantements, les accepter avec indulgence ou même amour? La vie, simplement !
    Je pense que l’idée que le voyage va changer les choses par essence est un leurre. On trimballe son paradigme partout, toujours, mais il peut être l’occasion de se pencher sur nous mêmes, être exigeants et vigilants d’une certaine qualité relationnelle parce qu’il devrait permettre une disponibilité. Tu as vu, j’emploie le conditionnel ! Par humilité 😉 Le voyage dans le voyage, c’est bien lui qui compte. Je t’écris de Chine, mais ça pourrait être de Sidi Slimane ou de Bratislava, c’est moi!
    Vous êtes beaux tous les trois, n’oublie pas ça. Si tu dois écrire tu écriras mais si tu n’écris pas, ne t’en veut pas! Ce que tu fais est ce que tu dois faire, tu ne peux être autre que toi, même à côté de tes pompes en colère ou joviale!
    L’Australie c’est incroyable mais, il y a des kangourous et des koalas et des plantes improbables et le parcours continue et il est beau voir merveilleux quand on le regarde avec indulgence, humilité, il n’a pas de finalité propre, il est le parcours qui continue et qui sème les graines du devenir, à chaque instant.
    Bises à vous trois
    Sadek

  7. Margje, c’est beau, je trouve d’être capable de formuler ses doutes, de les partager, sans avoir peur de faire disparaître le mirage, l’idée sublime que chacun de nous se fait du tour du monde.
    Ça sonne comme un rêve mais la réalité bien-sûr est différente.
    Dans quelques jours on pourra en parler de vive voix après avoir enfermé nos enfants à double tour dans une chambre avec des chips, du coca et un film projeté sur le mur!!! Et oui , parfois on fait ce genre de chose😊😊😊
    On se réjouit à fond de vous accueillir et vous pourrez rester autant de temps que vous le voulez… ça pourra te faire du bien et peut-être même trouveras tu le temps d’écrire 😊. Je prendrai les enfants le week-end si tu veux.
    Elias pourra se disputer avec Lynn et Andrea avec Roméo, ça nous changera😉
    T’en fais pas va, on se met souvent la barre très haut et du coup, on ne peut que se décevoir… « On s’en peut plus, quoi » mais ça passe, ça repart pour un tour parsemé de rires, de bons moments, de larmes, de cris, de câlins, d’étonnement, de sourires, d’appréhension, de peur (ahhh celle là qu’est ce qu’elle nous pourrit), on éclate à nouveau et on repart,….
    A jeudi????
    Bisous bisous à vous 3 bande d’amours

  8. Ma très chère Margje, Tout a été dit dans les échanges des jours précédents, reste à t’envoyer tout plein de douceur pour t’accompagner dans cette transformation de la chrysalide au papillon… Je te souhaite toute la conscience du monde pour t’aimer dans toutes les facettes qui te font TOI….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s